Spotlight : une enquête au cœur de l’Eglise Catholique

Spotlight

Le film Spotlight est sorti fin janvier est a notamment reçu l’Oscar 2016 du Meilleur film et celui du Meilleur scénario original. Ce long métrage de Tom McCarthy mérite ces deux récompenses tant l’enquête du film est passionnante bien que dérangeante. Comme Les Hommes du président, un autre classique du genre, Spotlight est inspiré de faits réels : des affaires de prêtres coupables d’actes pédophiles au sein de l’archidiocèse de Boston. Porté par des acteurs qui font le travail et un scénario efficace, nous vous conseillons ce film qui montre la lutte de journalistes dans la quête d’une justice plus équitable.

Un film sur une enquête journalistique

Nous l’avons déjà évoqué ci-dessus, Spotlight a plusieurs similitudes avec Les Hommes du président sorti en 1976 et dans lequel Dustin Hoffman et Robert Redford, deux reporters du Washington Post, sont à l’origine de la révélation de l’un des plus fameux scandales américains : le Watergate. Dans Spotlight, c’est le scandale d’abus sexuels dans l’archidiocèse de Boston qui est évoqué. Révélée en 2002 par une équipe d’investigation du journal Boston Globe, appelée « Spotlight », cette révélation reprend des faits datant de la fin des années 70 à celles des années 90. L’équipe va notamment recevoir le prix Pulitzer en 2003.

Comme dans Les Hommes du président, le film Spotlight met l’affaire en arrière-plan pour se recentrer sur le travail des journalistes qui vont révéler l’affaire. On y découvre leur quotidien, leur abnégation, et leurs difficultés à faire éclater la vérité. On croise également la route d’avocats, de prêtres et de victimes. Cependant, le film est véritablement tourné vers l’enquête en elle-même.

Une mise en scène classique, mais efficace

On est rapidement pris par l’histoire du film et par cette enquête qui touche quelque chose d’effroyable. La mise en scène classique, proche des films des années 80, permet de nous imprégner de l’histoire comme s’il s’agissait d’un documentaire. Au final, on a l’impression de faire partie de cette équipe de journalistes, on veut les aider et nous aussi participer à l’enquête. Comme eux, on veut démêler le vrai du faux, faire en sorte que la justice s’applique même aux plus puissants et à une institution comme l’Eglise Catholique et comme eux on veut être les premiers à révéler l’affaire en espérant créer une véritable bombe médiatique.

Une scène illustre parfaitement cette situation. Alors que l’enquête a suffisamment bien avancé et que tout pourrait s’accélérer dans les jours à venir, surviennent les attentats du 11 septembre. Forcément, ce malheureux évènement vient donner un coup de frein à l’enquête. En tant que spectateurs nous nous prenons à nous demander si l’équipe doit ou non continuer ou faire une pause pour s’intéresser au sujet brulant des attentats.

Des acteurs sobres, mais efficaces

Le casting est intéressant puisque l’on retrouve notamment le génial Michael Keaton, mais également Mark Ruffalo, Rachel McAdams, Stanley Tucci et Liev Schreiber qui a un faux air de Russell Crowe dans ce film.

Tous sont au rendez-vous, et leur jeu plutôt sobre ajoute une touche de réalité au film. A noter que Rachel McAdams et Mark Ruffalo ont été nommés aux Oscars 2016, respectivement en tant que Meilleure actrice dans un second rôle et Meilleur acteur dans un second rôle.