Les automobilistes français adoptent le véhicule électrique

voiture-france

Les défenseurs de l’environnement se réjouiront de cette nouvelle : la vente de voitures électriques dans l’hexagone a connu une nette progression en 2013.

La tendance des ventes devrait imiter celle des voitures à essence.

Hausse notable des ventes de voitures électriques

Cette bonne nouvelle a été rapportée par l’Association pour le développement du véhicule électrique (Avere). Selon elle, les ventes de véhicules électriques ont connu un bond de 50% par rapport à 2012 et celles de véhicules hybrides (essence et électrique) ont progressé de 60%. Le parc de véhicules électriques et hybrides est aujourd’hui estimé à 200 000 voitures (particulier et utilitaire confondus).
Toutefois, le chemin est encore long pour parvenir à rattraper les ventes de voitures thermiques. Avec seulement 8 800 voitures électriques immatriculées en 2013, l’écart avec les voitures thermiques est considérable avec plus de 2.1 millions de voitures « polluantes » vendues !

L’association Avere a également divulgué le palmarès des voitures électriques les plus vendues cette année. La Renault Zoé arrive ainsi en tête avec 5 500 véhicules immatriculés, suivie de la Nissan Leaf (1.440) et de la Bluecar de Bolloré (660). La petite Smart Fortwo arriverait dernière avec seulement 480 modèles vendus en 2013.

Du côté des véhicules utilitaires, 5 175 voitures ont trouvé preneur, dont les ¾ pour la seule Renault Kangoo ZE.

Des voitures peu polluantes ?

L’augmentation des ventes de voitures électriques est certes une bonne nouvelle pour les citadins, qui verront la qualité de l’air des villes s’améliorer. Mais les voitures électriques sont-elles la panacée pour lutter contre le réchauffement climatique ?
Il faut en effet garder à l’esprit que ces voitures circulent à l’électricité, et que la majeure partie de l’électricité produite dans le monde est d’origine thermique (charbon ou diesel). Il faut également rappeler que la fabrication de ces voitures entraine un coût-carbone important : lors de la fabrication dans les usines, ou même en amont, pour extraire les minerais constituant la voiture (fer, aluminium, plastique, lithium pour les batteries, etc.).

La solution miracle n’existe malheureusement pas encore. Il faudrait sans doute repenser notre mode de transport, en privilégiant le covoiturage, ou en consommant des produits qui ne viennent pas de l’autre bout du monde !