Tout sur les dents de sagesse

orthodontist-287285_1280

Les dents de sagesse ont souvent une connotation négative pour les patients. Elles sont synonymes de douleurs insoutenables et de bien des mauvais souvenirs. Pourtant, il existe des méthodes éprouvées afin que les dents de sagesse soient un lointain souvenir.

Un acte de chirurgie commun et sûr

Il y a quelques mois, nous vous avions évoqué des conseils relatifs au dentifrice, à présent, évoquons la santé buccale grâce aux dents de sagesse. Concrètement, pour l’extraction des dents de sagesse, il est obligatoire de passer par les services d’un chirurgien. En règle générale, cet acte chirurgical est très commun à partir de la majorité. Selon les cas, les douleurs post-opératoires peuvent être intenses ou non.

Il est important de rappeler que les dents de sagesse sont les les molaires situées tout au bout de la mâchoire. Celles-ci font leur apparition chez les jeunes adultes, voire les adolescents. Le principal problème est que ces dents sont poussées par d’éventuels décalages des autres dents. Au final, les dents de sagesse peuvent pousser de travers et gêner le patient.

L’extraction des dents de sagesse peut concerner toutes les dents (à savoir 4, 2 en haut et 2 en bas), ou uniquement celles d’un mâchoire (souvent la mâchoire inférieure). Dans la plupart des cas, les dents de sagesse sont extraites sous anesthésie locale. Grâce à ce procédé, le patient ne sentira pas les actions du chirurgien sur les parois osseuses.

Extraction des dents de sagesse : une opération très….peu douloureuse

Contrairement aux idées reçues, cet acte chirurgical particulièrement courant n’est aucunement douloureux. Toutefois, des douleurs peuvent être ressenties après l’opération, car la chirurgie réalisée va laisser des œdèmes. Selon différentes statistiques, les douleurs sont toujours plus importantes sur la mâchoire inférieure que supérieure.

Bien entendu, selon les cas, des complications peuvent survenir. Parfois, suite à l’opération, les patients peuvent se plaindre d’alvéolite ou d’abcès. Moins souvent, les patients peuvent souffrir d’une lésion, car les molaires environnantes peuvent être touchées. Dans l’immense majorité des cas, il n’y a aucune complication.

La glace sera votre meilleure amie

Pendant les quelques jours qui suivent l’opération, la glace est un outil, voire un messie, pour les patients. Il faut alors presser un sac de glace contre ses joues afin de limiter la douleur. De même, des médicaments peuvent être souscrits pour permettre aux patients de passer des nuits correctes.

En somme, dès que les premières douleurs apparaissent (avec ou sans fièvre), il est indispensable de consulter un dentiste pour planifier une potentielle extraction des dents.

Separator image Publié dans santé.