Les banques en ligne, une croissance exponentielle

En l’espace de 5 ans, le secteur de la banque en ligne a connu une croissance durable et continue.

Alors que le début des années 2000 a été consacré à la mise en place des outils et des process, un cap a été franchi depuis 2008, puis plus récemment en 2011.
L’avènement des nouvelles technologies a été un réel plus car désormais il est possible de se connecter tout le temps et partout.

Etape 1 : rassurer les clients comme les prospects

Dans un premier temps, le défi des banques en ligne, qui appartiennent d’ailleurs presque toutes à des grands groupes très connus (Société Générale Boursorama, B for Bank Crédit Agricole, etc…), a été de rassurer le public dans sa globalité, qu’il s’agisse des clients comme des prospects (donc des potentiels clients).

Gagner leur confiance a été possible car à 3 leviers prioritaires :

  1. Proposer des frais minimes (voire inexistants) et une forme de gratuité latente (frais de gestion, carte de crédit, etc…).
  2. Proposer un accès continu à toutes les informations relatives aux avoirs du client, mais aussi aux services (virements, édition de RIB, etc…), in fine, lui permettre de gérer lui-même ses comptes.
  3. Mettre en place un système de relation client performant afin qu’il puisse contacter son e-conseiller en permanence. L’un des principaux freins a été la « dématérialisation » de son conseiller.

Grâce à ces 3 idées clés, les banques en ligne ont su dynamiser le secteur tout en donnant confiance aux utilisateurs. Ces mêmes idées en sont d’ailleurs les avantages : Gratuité, autonomie et sécurité.

Notons que les avancées en matière de protection informatique ont contribué activement à rendre les banques en ligne populaire.

Les produits financiers proposés par les banques en ligne

Plus les années passent et plus les banques en ligne proposent une grande variété de produits financiers. Au début, il ne s’agissait uniquement que d’une consultation de son compte bancaire, ensuite, il a été possible d’effectuer des virements (entre ses comptes et vers des comptes extérieurs), puis le panel des services s’est étendu.

A ce jour, il est possible de souscrire à

  • Un livret d’épargne en ligne (dont le taux est souvent boosté). La rémunération nette est plus faible qu’un Livret A mais le plafond est quasiment illimité (3 millions d’euros ou plus).
  • Une assurance-vie aux mêmes conditions qu’en agence physique. Plusieurs scénarios sont proposés allant du « prudent » au « risqué ». En moyenne, le rendement est de 3 à 3,40 % selon les exercices.
  • Un portefeuille de Bourse en ligne ou de SICAV. Idéal pour boursicoter depuis chez soi en toute sécurité.
    De plus, les actions en bourse sont contractables sont de plus en plus nombreuses grâce à la mise en place d’alliances entre les établissements bancaires.
  • Une assurance auto, habitation ou personnelle.
  • Un Crédit en ligne pour financer l’achat d’un bien immobilier, d’une voiture ou d’un bien de consommation.
  • Autres services financiers (SCPI, défiscalisation, plan retraite, etc…).

Les principales banques en ligne en France

Dans un marché en pleine croissance, certaines banques en ligne sortent du lot comme Boursorama (à l’origine spécialisée dans la bourse), Fortuneo, B for Bank, Monabanq, ING Direct, La Net Agence ou encore E.Lcl.

http://www.youtube.com/watch?v=yiJ24Coq5g8

A titre informatif, B for Bank vient de capter son 100 000 éme client au bout de 3 ans, ING Direct dispose de plus de 840 000 clients et Fortuneo d’environ 200 000 clients selon les sources.

Le fait de souscrire chez une banque en ligne n’est donc pas un phénomène isolé mais bien une nouvelle façon de gérer son argent bien plus personnalisée et autonome, et ce, à moindre coût.

http://www.youtube.com/watch?v=DCycGIa5PNU&list=UU49gGx92cJyiziPglGyDhGQ&index=1

Separator image Publié dans Finance.