Culture Geek : Définition d’un Hipster

Le terme Hipster est de plus en plus utilisé dans les médias, et parfois à toutes les sauces. Issus de la génération Y, les Hipsters représentent un mode de vie et de pensée. Retrouvez tous les codes liés à cette population ci-dessous. Les Hipsters sont à la fois décriés et respectés.

Tout a commencé après la seconde guerre mondiale

Le terme Hipsters a été utilisé pour la première fois juste après la seconde guerre mondiale aux Etats-Unis. IL s’agissait alors d’une population particulièrement adepte des groupes de jazz. Ces « fans » d’une autre époque allaient même jusqu’à vivre comme les musiciens, de la manière de s’habiller aux mots utilisés, en passant par une attitude à la fois dilettante et hautaine envers les « masses ».

Aussi, les pratiques sexuelles étaient également copiées (plusieurs partenaires). Les Hipsters des années 2010 sont proches de ce mode de vie à l’exception de la liberté sexuelle. De nos jours, ils s’approchent de la population geek. L’objectif est toujours le même, à savoir être à contre-courant et ne rien faire comme le « grand public ». Les Hipsters veulent surtout affirmer leur singularité et éviter les produits trop populaires.

L’ADN de l’Hipster

L’Hipster est presque un sacerdoce puisque tous les actes de la vie quotidienne sont concernés par cette attitude. En règle générale, les Hipsters ont entre 20 et 35 ans, ils sont toujours très sveltes et ne mangent que des produits issus de l’industrie équitable, surtout pas des produits/marques consommés par monsieur Toutlemonde.

D’un point de vue mode, les Hipsters n’achètent que des marques confidentielles, voire inconnues. Ne leur demandait pas s’ils ont des vêtements H&M ou Zara, bien trop mainstream pour eux. Quelque part, les Hipsters se sentent au-dessus des autres et cultivent une singularité hors du commun. Ils veulent être à tout prix différents, même concernant le mobilier de leur domicile qui est souvent composé d’objets rétro et vintage.

veloHipster

Separator image Publié dans Geek.